Insolvabilité en Allemagne: Conclusions

Baisse du nombre de faillites en 2020 malgré la plus terrible récession
Au cours de l’année 2020, 15 840 entreprises en Allemagne ont été déclarées insolvables. Cela correspond au niveau le plus bas depuis 1993 et à la plus forte baisse de faillite (-15,5 % par rapport à 2019) depuis 1975, grâce précisément au soutien massif du gouvernement. Le nombre de faillites d’entreprises a diminué dans onze secteurs. Deux exceptions sont à relever: dans le secteur de la métallurgie, les faillites ont augmenté l’an dernier de 7,1 %, alors que la hausse dans le secteur automobile a atteint de 31,6 %. Néanmois, les hausses enregistrées dans ces deux secteurs n’ont pas modifié la structure générale des faillites en Allemagne. Les faillites d’entreprises dans leur majorité émanent comme toujours des domaines liés aux services aux entreprises, à la construction, à l’hôtellerie, au commerce de détail et aux transports. L’industrie métallurgique en 2020 ne compte que 3 % de toutes les faillites, l’industrie automobile seulement 0,5 %.

Répartition des insolvabilités par secteur d’activité (2020)


(Les sources : Destatifs, Coface)

Créances d’insolvabilité : Les apparences sont trompeuses
Au vu des faibles chiffres d’insolvabilité et des mesures de soutien massif du gouvernement, on pourrait penser que l’Allemagne s’en sort très bien en ce qui concerne les faillites d’entreprises. Mais les apparences sont trompeuses. En effet, le simple nombre ne fournit aucune information sur les dommages économiques. L’Office fédéral de la statistique rapporte que les créances attendues en cas d’insolvabilité s’élèvent à 43,5 milliards d’euros en 2020. Il s’agit du niveau le plus élevé depuis 2009 et d’une augmentation de 65 % par rapport à 2019.

Jusqu’à 4030 faillites en attente
Selon une simulation de l’assureur-crédit Coface, le nombre total de faillites en 2020 en raison du marasme éSelon une simulation de l’assureur-crédit Coface, le nombre total de faillites en 2020 en raison du marasme économique aurait dû augmenter de 6 % par rapport à 2019. En réalité, il a baissé de 15,5 %. Par conséquent, une part allant jusqu’à 21,5 % (soit 4030 faillites) pourrait être en suspens et se concrétiser en 2021 ou encore en 2022. Le principal secteur concerné sera probablement celui de l’industrie hôtelière où l’on attend jusqu’à 660 faillites « cachées », suivi par les transports et la construction (avec chacun jusqu’à 420 faillites), l’industrie manufacturière (230) et le commerce de détail (190).

Évolution des insolvabilités de 2020 à 2019


(Les sources : Destatis, estimations Coface)

Et en 2021? Augmentation des pertes dues à l’insolvabilité
Par rapport aux cinq derniers mois de 2020, le nombre de défaillances d’entreprises au cours des cinq premiers mois de 2021 a augmenté, parfois fortement (+14 %). Les faillites sont encore inférieures de 19 % par rapport à l’an dernier à la même période. Toutefois, le nombre d’entreprises en situation d’insolvabilité est moins révélateur que les dommages causés. L’Office fédéral de la statistique fait état d’un volume de créances issues de l’insolvabilité de près de 27 milliards d’euros au cours des cinq premiers mois de 2021. Cela représente 96 % de plus qu’au cours de la même période de l’année précédente (voir ci-dessus). comme nous l’avons déjà mentionné, 2020 a été l’année la plus coûteuse depuis 2009. En résumé, si le nombre d’entreprises en situation d’insolvabilité est peu élevé, il n’en est pas moins important.

Swiss Export Partners

Partenaire principal